Bouldering is not a crime!

décembre 1, 2020 / Par nicolas

Temps de lecture : 3 minutes

Vous connaissez l’expression : «Skateboarding is not a crime!» ? Sachez que certains grimpeurs urbains traversent désormais les mêmes épreuves que les skaters…

Athlète : Marc-Antoine Vigneault
Crédit : Mathieu Tranchida

« On grimpe souvent sur des propriétés privées alors on se fait kick out en dedans de 15-20 minutes, raconte Alexa Fay, coordonnatrice marketing chez Allez Up. »

Voilà une phrase qui fera assurément sourire des tonnes de skaters aux prises avec le même problème depuis des décennies. Depuis dix ans, le phénomène du bloc urbain prend de plus en plus d’ampleur, mais les grimpeurs le pratiquant ne courent pas les rues.

« Le bloc urbain, c’est de l’escalade sur des structures urbaines, explique Alexa. C’est de l’escalade sur des structures artificielles; des buildings, un pont ou tout ce qui est artificiel. Ce n’est pas légal, mais ce n’est pas illégal. »

Athlète : Antoine Séguin
Crédit : Mathieu Tranchida

Essentiellement, le sport consiste à trouver un building ou une structure qui sera intéressante à grimper. Le reste est plutôt simple : le grimpeur ou la grimpeuse traîne ses crash pads et monte des lignes. Mais cette partie du sport n’est pas nécessairement pour tout le monde.

« Le bloc urbain, c’est pratiqué par des gens qui font normalement du bloc. Quand les gens ont moins le temps ou que la météo est moins bonne, ils vont grimper en ville. Tous les gens qui pratiquent le bloc urbain, ce sont premièrement des grimpeurs de l’extérieur. Y’a des gens qui ne tripperaient pas nécessairement à faire ça. »

Et puisque le sport n’est pas pratiqué dans un environnement contrôlé, il n’est évidemment pas conseillé aux débutants…

« C’est sûr que les lignes sont souvent plus hautes dans le bloc urbain, alors c’est un peu plus dangereux. »

Alexa sait de quoi elle parle puisqu’elle réalise la web-série sur le bloc urbain avec la gang de Allez Up, en collaboration avec JACKALOPE. Suis nous, ça va se passer ici!