4 tricks de BASE jump à connaître

janvier 21, 2021 / Par nicolas

Temps de lecture : 4 minutes

Alors que le froid commençait à s’installer au Canada et avant que la pandémie nous force tous à nous confiner de nouveau, l’équipe de JUMP OFF s’est éclatée une dernière fois avant le retour d’une température un peu plus clémente. Des junkies d’adrénaline, un terrain vague et une gigantesque grue. C’est tout ce qu’il nous fallait.

Crédit : Jérémie Perreault

Invités par Gaétan Roy à utiliser l’une de ses grues sur son terrain de Chelsea en Outaouais, les BASE jumpers se sont jetés en bas d’une grue GMK 275 tonnes, la nacelle ayant été installée à 344 pieds dans les airs. Un terrain de jeu idéal.

« Habituellement, la difficulté de sauter d’une grue, c’est de te rendre en haut parce que tu n’es pas supposé être là, lance Catherine Vaillancourt-Roy dans l’épisode. Mais là, on a la chance d’avoir quelqu’un qui nous prête sa grue ! »

Phil Boisjoli et Catherine Vaillancourt-Roy
Crédit : Jérémie Perreault

Les conditions étaient réunies pour que Catherine, Phil Bois Joly et Bertrand Cloutier sautent à profusion. Mais surtout, compte tenu la hauteur et l’espace entre la flèche de la grue et le parachutiste, il était possible pour eux de réaliser certains tricks intéressants.

« Quand tu sautes du mât du Stade olympique, le parachute ouvre tout de suite. À la Cité de l’énergie, tu sautes avec le petit parachute dans la main. »

Raphaël Couroux
Crédit : Jérémie Perreault

Sauf qu’à Chelsea, ces junkies d’adrénaline avaient la chance de prendre certains risques calculés. Sauter avec un parachute n’est pas simple puisque l’équipement, les cordes et la voile rendent les manœuvres extrêmement difficiles. Et quand on s’élance de 344 pieds, l’erreur est inadmissible.

Voici 4 tricks qu’ils se sont permis d’essayer.

1-TARD – Totally Awesome Rapid Deployment : « Tu mets ton harnais et tu tiens ton parachute dans ta main. En sautant, tu lances ton parachute au-dessus de toi et tu te retrouves à descendre rapidement. »

2-Rollover : « Les élévateurs de ton parachute sont retenus par les suspentes et le parachute est tout ouvert en dessous de toi. Tu te trouves à faire un frontflip en plongeant et le parachute s’ouvre à la fin de la rotation. Pour ce genre de saut, il faut un vent de face ou pas de vent du tout. »

3-Waterfall : « Il y a 3 personnes, explique Bertrand Cloutier. Un tient le parachute de l’autre qui tient le parachute de l’autre. C’est vraiment un saut d’amitié. C’est un peu comme si tu tenais la vie de l’autre dans tes mains. C’est un peu comme si tu scellais ton amitié avec l’autre personne en montrant que tu lui fais confiance. Ça peut être mortel aussi… »

« Ça, il faut vraiment le faire avec quelqu’un en qui tu as confiance, alors c’était sûr que ça allait être Phil pour moi, » raconte Catherine.

4-Twinner : Face au vide, le parachutiste s’élance avec les pieds devant pour effectuer une rotation verticale complète. Cette manoeuvre est dangereuse puisque la tête frôle la passerelle de laquelle tu t’élances.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by PhiL Boisjoli (@prettywood_phil)

Pour savoir si nos BASE jumpers ont réussi leurs objectifs, Jette un coup d’oeil à l’épisode 2 de JUMP OFF juste ici. Et pour en connaître davantage sur Catherine Vaillancourt, cliquez ici.