Natalia Sanchez : le coeur du skateboard en Argentine

janvier 13, 2021 / Par nicolas

Temps de lecture : 6 min

Quelque part dans les confins de l’Argentine, dans une région où les vaches sont plus nombreuses que les humains, dans un village où les rues ne sont pas pavées… se trouve le coeur du skateboard argentin.

Ici, le bruit des roues de skate sur du béton se fait entendre plus souvent que celui des roues des voitures. Normal, puisque contrairement aux rues du village, le skatepark, lui, est complètement bétonné. Deux fois par année, des centaines de skaters convergent vers Pilar, dans la province de Cordoba, pour participer à l’une des plus grosses compétitions en Amérique du Sud.

« Je pense que c’est pas mal le seul skatepark privé en béton dans le pays. » affirme Natalia Sanchez, copropriétaire d’Empilar Skates.

Mais comment Pilar est-il devenu l’épicentre du skate en Argentine?

Bienvenue chez Natalia Sanchez, la marraine du skate argentin

Après une adolescence marquée par le skateboard à Tucuman, sa ville natale, Natalia a décidé de pousser sa passion plus loins.

Comme ses habiletés ne suivaient pas sa passion, elle a réorienté son énergie pour aider les skaters qu’elle côtoyait. Dans sa région, la pauvreté était omniprésente, mais la famille de Natalia vivait plutôt bien. C’est ainsi que sa famille et elle se sont mis à accueillir des skaters en road trip.

« Comme j’étais la seule fille dans mon groupe d’amis de skate, mes parents préféraient qu’on les invite à la maison. »

Elle s’est liée d’amitié avec plusieurs d’entre eux et a ainsi rencontré son mari, le skater professionnel Hans Ulver. Ensemble, ils ont voyagé aux quatre coins du monde pour des compétitions de skate et se sont établis temporairement à Barcelone en 2005. Après plusieurs années de vie trépidante, les deux amoureux sont revenus à la maison.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by EMPILAR (@empilarskate)

Puis quelques années plus tard, Natalia et Hans ont mis le cap sur la petite ville de Pilar, près de Cordoba.

« J’ai décidé d’ouvrir un skate shop dans une ville où personne ne connaissait le skate et où il n’y avait pas d’endroit où skater! »

C’est ainsi qu’est né Empilar Skates.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by EMPILAR (@empilarskate)


Mais ce qui a d’abord attiré Natalia à Pilar, c’est une maison avec un très grand terrain. Une opportunité pour elle de laisser libre court à sa créativité. C’est ainsi qu’elle et son conjoint se sont mis à construire un skatepark.

« On s’est dit que si on voulait faire quelque chose avec le skate ici, on allait devoir le créer nous-mêmes. Toutes les semaines, des amis partaient de Rosario, de Buenos Aires, de Cordoba pour venir nous aider. Dès que j’avais 1000 pesos de trop, j’achetais du béton ou des blocs… et ça a pris un total de 5 ans. Deux pour niveler le sol, trois pour bâtir. »

Voici de quoi avait l’air le skatepark au début de sa construction…

 

View this post on Instagram

 

A post shared by EMPILAR (@empilarskate)


Voici de quoi il a l’air aujourd’hui…

 

View this post on Instagram

 

A post shared by EMPILAR (@empilarskate)


Le Woodstock du skate

Après la construction du skatepark dans ce petit village de campagne, des amis de Natalia et Hans ont commencé à visiter de plus en plus régulièrement.

« Puis un jour, tous mes amis du Nord du pays sont venus. Puis d’autres de Buenos Aires… et on s’est retrouvés à faire une compétition avec 50 ou 60 personnes. Les gens du village étaient sous le choc de voir autant de gens débarquer ! »

Mais les gens de Pilar ont rapidement dû s’adapter… parce que les 50 personnes se sont transformés en 300. Puis cette compétition est devenue une tradition bi-annuelle où convergent des skaters de partout en Argentine, du Pérou et même du Brésil. Natalia et Hans accueillent tout ce beau monde chez eux… et l’espace de quelques jours, leur résidence et leur skatepark prennent des allures de festival.

« On reçoit plus de 200 skaters chaque année, mais ils amènent des amis, raconte Natalia. Pendant les weekends de compétition, il peut y avoir 300-350 personnes qui dorment dans des tentes et ma cour arrière devient un peu comme Woodstock. Mais je n’ai jamais eu de problème, les gens respectent notre demeure de façon exceptionnelle. »

Chaque année, depuis 2014, Natalia et Hans organisent donc ces grandes messes du skateboard. Des centaines de jeunes débarquent à Pilar et sont accueillis à bras ouverts par le couple. Et les skaters peuvent participer gratuitement.

« On ne demande d’argent à personne… je vends des repas que je prépare, mais on ne fait pas ça pour l’argent de toute façon. On le fait pour connecter avec les gens, avec les marques, avec les distributeurs. On le fait pour la passion du skateboard! »

Depuis six ans, tous les gros noms argentins sont passés par Pilar et leurs carrières ont assurément été influencées par l’aide de Natalia.

Mauro Iglesias, Matias Del Ollio, Martin Isoldi et Adriel Parmisano ont notamment fait résonner leurs roues à Pilar. Et ils ont voyagé grâce aux compétitions organisées par Natalia.

« Dans l’une de nos deux compétitions annuelles, le gagnant peut choisir le voyage de skate de son choix à nos frais. Mauro est allé à Barcelone, Martin est allé à Copenhague, Adriel est allé à la Mystic Cup de Prague. »

 

View this post on Instagram

 

A post shared by mauro iglesias (@iglesiasmauro)


Aujourd’hui, ces skaters sont parmi les plus connus au monde, mais ils sont encore très proches de Natalia. D’ailleurs, si vous voyez la bande de skaters argentins dans une compétition, vous risquez de les voir accompagnés de la marraine du skateboard. Pour Natalia, la vie rime avec le skate.

« Vous pouvez vraiment vivre de vos passions… si tu veux être skater professionnel, vas-y, si tu veux construire un skatepark, fais-le. Mais tu dois être 100% concentré sur tes objectifs. »