5 raisons pour opter pour le fixed gear

juillet 20, 2020 / Par jeremie

Temps de lecture : 4 min

Tu te rappelles ces bonne vieilles années d’enfance quand on faisait les plus gros burns possibles en freinant par en arrière avec nos pieds ? Où il n’y avait qu’une seule vitesse sur ton vélo ? Well si tu trippais, tu risques d’avoir le même buzz à rider un vélo Fixed gear (ou pignon fixe si nous ne voulons pas faire honte à la langue de Molière). Voici 5 raisons pourquoi tu devrais opter pour un Fixed Gear cet été !

Photo : Vincent Sauriol /JACKALOPE

1. Des jambes de taureaux

Les vélos dit Fixie (ou fixe) sont des bicyclettes à une seule vitesse, avec pignon fixe sans point mort. Tu peux donc avancer, freiner et reculer à l’aide des pédales et ce sans frein à mains. La roue arrière tourne lorsque les pédales tournent. Si vous pédalez vers l’avant, vous avancez; si vous arrêtez les pédales, vous freinez et si vous pédalez en arrière, alors vous irez en marche arrière. Tu me suis ?

Par le fait même tu forces toujours à une certaine intensité et tu ne peux te permettre de moment de paresse. Une fois le train mis en marche c’est le mouvement du vélo qui tire tes pieds par-dessus le coup de pédale et tu auras le feeling de t’envoler comme une roquette. De nombreux groupes musculaires coopèrent, plus qu’ils ne le feraient dans une situation ou tu roulerais avec une bicyclette conventionnelle. Tu n’auras pas forcément une illumination spirituelle sur un fixie, mais c’est une forme de conduite très pure.

2. Apprendre à manœuvrer autrement

Tu veux t’enfiler la côte Camilien Houde ? Tu vas devoir suivre ces petits conseils judicieux. Le fait de rouler à vitesse fixe t’oblige à t’adapter à une grande variété de cadences. À ta descente, il n’est pas impossible que tu atteignes les 200 tours/minute et doives enlever tes pieds de sur les pédales. À l’inverse, une montée raide peux te donner l’impression que tu traine une charrette tellement la force devant être déployée dans tes jambes est énorme. Toutefois, si t’as prévu le coup en avance, tu vas avoir pris un air d’aller t’avantageant grandement pour la suite du défi. Tes mouvements s’avèreront progressivement plus limpides et plus rapides de manière à avoir la possibilité de pédaler toujours et équitablement.

Photo : Sole Bicycles

3. Le frein à main devient un peu secondaire

On approuve pas la conduite sans frein parce que c’est techniquement illégal, mais tu vas certainement moins utiliser ceux-ci en ajustant ta vitesse avec la résistance de tes jambes. Dans le jargon on appelle ça skidder. En bloquant ta roue arrière, tu traces et dérape, comme back in the days quand tu étais Kid. La technique reste toutefois essentielle parce que de sérieuses blessures peuvent arriver si tu bloques mal tes jambes et te retrouve par-dessus le volant ou pire… si tu brûles le feu. Les vrais de vrais puriste roulent sans frein à main et sans strap. C’est ce qu’on appelle un kamikaze.

Photo : Yann Roy / JACKALOPE

4. Fini les multiples visites chez le mécano

Le Fixie est parfait pour les cyclistes qui détestent s’occuper de leur vélo. Tu dois toujours lubrifier ta chaîne de temps en temps, mais il n’y a pas de câbles de vitesses et de dérailleurs qui risquent de s’encrasser ou de se dérégler. La simplicité de la transmission à engrenages fixes peut faire de beaux vélos et ils peuvent aussi être bon marché. Il n’y a pas beaucoup de pièces à user, donc ton portefeuille va s’en voir épargné.

5. De l’art sur roue (et à petit budget)

On ne voulait pas forcément aborder cet aspect, mais ça reste un incontournable. Un fixe ça a de la gueule et ça en jette. Il est facile de rendre son vélo à son goût compte tenu de la facilité à changer les pièces. Rapidement tu te l’approprie et ton vélo va devenir une extension de ta personne. Ça a du style et même si longtemps le tout a été associé au mouvement hipster (que certains n’aiment pas forcément), il y une petite jalousie cachée chez plusieurs. De plus, le prix accessible des différentes composantes fait en sorte que tu n’as pas à vendre ton âme au diable pour pimper ta ride. On parle quasiment d’un culte pour certains. Même si d’autres trouvent que le côté fashion a pris le dessus sur l’utilité et la fonctionnalité du tout, il en reste pas moins que c’est plaisant d’avoir une ride qu’on juge esthétiquement attrayante

Photo : Robert Bye

La transition sera peut-être un peu dure mais on te promet que cet amour grandira peu à peu… tellement que de retourner sur un vélo normal te donnera un feeling weird. À aiguiser tes réflexes et ta technique, tu t’envoleras progressivement tel Pégase sur ta monture. Si tu as plus de questions, on te conseille un petit détour chez nos amis de iBike pour poursuivre ton éducation.

Ça t’allume, tu veux en savoir plus ? Hésites pas à nous suivre sur nos comptes Instagram et Facebook !